History
Icon-add-to-playlist Icon-download Icon-drawer-up
Share this ... ×
...
By ...
Embed:
Copy
La coopération internationale en matière d'alphabétisation et d'éducation - Le Monde en partage #9
Clean
September 02, 2013 12:03 PM PDT
itunes pic

Invitée de l'émission : Lucille Roy, coordonnatrice de l’organisme Formation Clef Mitis / Neigette à Rimouski, coopérante volontaire en alphabétisation, membre du Comité Québec-Sénégal au sein du Regroupement des groupes populaires en alphabétisation du Québec (RGPAQ).

Rentrée oblige, je vous propose de parler d’école et d’éducation. Il y a sûrement parmi vous de jeunes parents qui se demandent comment leurs enfants vont réagir face à cette première journée à l’école, va-t-il ou elle pleurer ? Certains d’entre-vous sont peut-être très intéressants par les débats sur les méthodes d’apprentissage et la question de l’autorité du professeur.

Sans vouloir être misérabiliste, nous sommes bien conscients que tous les enfants n’ont pas cette chance-là, ou qu’ils doivent parcourir des kilomètres pour pouvoir aller à l’école où un seul maître enseigne à des classes de plus de 50 élèves, tous niveaux confondus. Et que dire de ces jeunes filles qui, comme Malala Yousafzai au Pakistan, risquent leur vie pour lutter pour leur droit à recevoir une éducation.

L’UNESCO, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture, indique ainsi qu’en 2013, il demeure encore 775 millions d’adultes qui ne possèdent pas les compétences de base en lecture et en écriture, soit 17 % de la population mondiale. Et sur ces 775 millions, les deux tiers sont des femmes, ce qui, précise l’UNESCO, « complique considérablement la réalisation de l’objectif de l’égalité des genres ». Le nombre de jeunes ne disposant pas d’une éducation élémentaires suffisante est estimé à 122 millions, dont la moitié qui n’est pas scolarisée.

Pour autant, point de misérabilisme disais-je, car si les moyens manquent parfois, les ressources humaines pour accéder à l’éducation sont grandes, comme en témoigne notre invitée.

2013, année des droits LGBT ?
Clean
August 13, 2013 10:00 AM PDT
itunes pic

Invité de l’émission : Éric Pineault, Président de Fierté Montréal.

Après avoir dépeint le Brésil lors des deux précédentes émissions, voici une nouvelle émission en couleurs, celles de l’arc-en-ciel en l’occurrence, puisqu’à l’occasion de la semaine de la fierté de Montréal, nous allons faire un petit tour du monde des droits humains des personnes LGBT. Petite précision pour ceux d’entre-vous qui ne seraient pas familiers de cet acronyme : les LGBT désignent les personnes lesbiennes, gaies, bis ainsi que transgenres ou transsexuelles.

Nouvelle-Zélande, Uruguay, Brésil, France sans oublier les États américains du Maryland, Delaware, du Rhode Island, du Minnesota et de la Californie, bientôt l’Angleterre et le Pays de Galles : autant d’endroits où les couples de même sexe seront légalement reconnus. Ces évolutions sont toutes récentes.

Pourtant, il reste encore des pays où les personnes LGBT sont persécutés, considérés comme des malades voire des criminels. Dès que l’on touche aux questions de société, il devient très délicat de peser pour sur un gouvernement pour qu’il change sa législation, car c’est le cœur de sa souveraineté. Des efforts sont néanmoins menés, y compris au sein de l’ONU. On retiendra par ailleurs qu’il existe une déclaration de Montréal des droits LGBT, prononcée lors de la Conférence internationale sur les droits humains des LGBT qui s’est tenue au moment des Outgames en juillet 2006, une compétition sportive mondiale ouverte à tous, quel que soit leur genre ou leur orientation sexuelle. Cette déclaration a pavé le chemin vers les principes de Yogyakarta, qui ont posé en mars 2007 les principes de l’application du droit international des droits humains en matière d’orientation sexuelle et d’identité de genre. Le plus dur reste à faire : que ces principes s’appliquent effectivement, partout dans le monde.

Revue de presse d'Aline Zalay : Héros-Héroïnes.

La voie diplomatique brésilienne - Le monde en partage #7
Clean
August 06, 2013 07:33 AM PDT
itunes pic

Invité de l'émission : Erik Burgos, doctorant en science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM).

Nous poursuivons cette semaine notre découverte du plus grand pays de l’Amérique du Sud : le Brésil. Après avoir brossé le portrait de la société brésilienne lors de la précédente émission, forcément à grands traits dans le temps qui nous est imparti, je vous propose aujourd’hui de nous pencher sur sa politique étrangère.

Lorsque les médias évoquent la diplomatie des pays de l’Amérique Latine, il est le plus souvent question du Venezuela, parce que ce pays semble tenir tête aux grands de ce monde, les États-Unis en tête. Pourtant, comme je vous le disais déjà, le Brésil est intéressant à plus d’un titre : la 6e puissance économique du monde, qui est également une puissance agricole et pétrolière, appartient bien sûr au G20. Et il accueillera les deux manifestations sportives à l’impact médiatique le plus élevé : la coupe du monde de soccer et les Jeux olympiques.

À la différence de son bouillant voisin du nord, le Brésil semble être une puissance tranquille, pacifique, qui dispose d’un immense capital de sympathie grâce à sa culture, et notamment, sa musique, son équipe de soccer, la Seleção ou encore son industrie touristique. Mais qu’en est-il vraiment ?

La société brésilienne en mouvement - Le monde en partage #6
Clean
July 21, 2013 09:00 PM PDT
itunes pic

Invitée de l'émission : Charmain Lévy, brésilianiste et professeur au département de sciences sociales de l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

Vous trouvez aussi qu’il fait chaud ? Eh bien, désolé, mais nous allons maintenir la température puisque nous partons, pour les deux prochaines émissions, au Brésil. Même si c’est l’hiver dans ce pays, le 5e plus vaste du monde, et le 5e plus peuplé du reste, les températures y sont néanmoins très douces.

Du Brésil, il en a beaucoup été question en raison des manifestations qui s’y déroulent depuis le mois dernier. Mais songez plutôt : Coupe des Confédérations, Journées Mondiales de la Jeunesse cette semaine, Coupe du monde de soccer l’année prochaine, Jeux Olympiques en 2016… Les occasions ne manqueront pas de parler de ce pays tellement dynamique et attachant culturellement, qui connaît un essor économique et une mue spectaculaire. En quelques années, ce sont 50 millions de Brésiliens, presque un quart de la population, qui sont sortis de la pauvreté. Seulement, le monde s’accélère et tandis que le Brésil est passé de pays émergent à la 6e puissance économique mondiale, sa population semble avide de changements plus rapides encore, alors qu’il demeure le 10e pays le plus inégalitaire au monde.

Mobilisations citoyennes ici, droits de la personne là-bas - Le monde en partage #5
Clean
July 14, 2013 09:00 PM PDT
itunes pic

Invitée de l’émission : Béatrice Vaugrante, directrice générale d’Amnistie internationale pour le Canada francophone

L’un des avantages de la mondialisation et de la réalisation du monde comme « village planétaire » selon le terme du sociologue canadien Marshall McLuhan, c’est que les dictateurs ont de plus en plus de mal à dissimuler leurs méfaits et que les voix des opprimés traversent murs et barbelés jusque chez nous. Les réseaux électroniques ont décuplé cette possibilité même si la censure demeure présente.

Pour autant, on le constate dans les médias traditionnels, l’information, et c’est malheureusement encore plus le cas au Québec, laisse assez peu de place aux questions internationales. C’est aussi pour cela qu’une émission comme la nôtre existe ; pour mieux comprendre qui nous entoure, parler également de ceux dont les droits sont bafoués là-bas et ceux qui les défendent ici, c’est le thème de cette émission.

Le Canada et le droit international - Le monde en partage #4
Clean
July 01, 2013 08:18 AM PDT
itunes pic

Invitée de l'émission : Hélène Laverdière, députée NPD de Laurier-Sainte-Marie et porte-parole de l'Opposition officielle pour la coopération internationale.

La réputation du Canada vis-à-vis du droit international est longtemps demeurée excellente. Il n’y a qu’à penser à son rôle dans la rédaction de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ou la mise sur pied des Nations Unies ; de la contribution de l’avocat Philippe Kirsch pour la création du Tribunal Pénal International qu’il a du reste été le premier à présider, le gouvernement du Canada ayant ratifié le Statut de Rome en juillet 2000. Citons encore le nom de Louise Arbour, qui présida les Tribunaux Pénaux Internationaux pour l’ex-Yougoslavie et le Rwanda, la Convention de l’Unesco sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles que le Canada fut le premier à ratifier en novembre 2005...

Mais voilà : depuis, il y a eu - cas unique dans le monde - le retrait du Canada du protocole de Kyoto, et l’annonce, encore plus étonnante, du retrait de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification ; le Canada est le seul pays de l'ONU à ne pas en être partie. Ces évolutions sont-elles structurelles ou propres à la politique actuelle ? Au quel cas, quelles peuvent être les conséquences sur la crédibilité internationale du Canada ?

La Croatie, 28e État-membre de l'Union européenne - Le monde en partage #3
Clean
June 24, 2013 09:02 AM PDT
itunes pic

Invité de l’émission : Gilles Cloutier, consul honoraire de la République de Croatie à Montréal et conseiller stratégique aux questions d’élargissement européen auprès des pays d’Europe centrale.

En attribuant le Prix Nobel 2012 à l’Union européenne, le comité du même nom a voulu récompenser cette association d’États pour – je cite – « avoir contribué pendant plus de six décennies à promouvoir la paix et la réconciliation, la démocratie et les droits de l’homme en Europe ». Elle rappelait la réconciliation franco-allemande, l’entrée des anciennes dictatures que furent la Grèce, l’Espagne et le Portugal, la chute du Mur de Berlin et du Rideau de fer… Pour souligner enfin que, je cite encore « l’admission de la Croatie [...], l’ouverture des négociations d’adhésions avec le Monténégro et l’octroi du statut de candidat à la Serbie consolident le processus dans les Balkans. »

L’admission de la Croatie, nous y sommes presque ! La grande famille de l’Union européenne s’élargit encore avec un 28e membre, le 2e issu de l’ex-Yougoslavie, après la Slovénie. De quoi se réjouir alors que les bonnes nouvelles sont suffisamment rares en Europe ; mais cette dernière parviendra-t-elle à relever le défi de l’intégration en dépit de la crise qu’elle traverse ?

Revue de presse : Nos amis les animaux.

Les États-Unis et la surveillance électronique - Le monde en partage #2
Clean
June 17, 2013 09:31 AM PDT
itunes pic

Émission 2, 17/06/2013 : Les États-Unis et la surveillance électronique

Invitée : Amélie Escobar, chercheuse en résidence à l’observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand de l’UQAM.

Quand il est question d’espionnage des communications électroniques, on songe tout d’abord à la Chine, régulièrement montrée du doigt pour mener des actions de cyber-espionnage des entreprises occidentales, censurer les sites Internet critiques ou la traque menée contre les cyber-dissidents. Et pourtant, les révélations sur l’espionnage des journalistes d’AP ou de Fox News, ainsi que sur le système PRISM, nous rappellent, si besoin en était, que Big Brother fait bel et bien partie de notre quotidien.

Pour autant, cette surveillance serait-elle acceptable ici en démocratie pour des questions de sécurité et condamnable là-bas ? Comment situer le curseur entre respect de la vie privée et immixtions motivées par le contre-terrorisme ? Ces divulgations auront peut-être au moins deux mérites, celui d’une prise de conscience citoyenne et de la nécessité d’un débat.

Revue de presse : la campagne en ligne pour les élections présidentielles iraniennes.

La Francophonie et le monde universitaire - Le monde en partage #1
Clean
June 10, 2013 12:25 PM PDT

Emission 1, 10 juin 2013 - La Francophonie et le monde universitaire.
Invité : Pierre Noreau, vice-recteur à la programmation et au développement de l'Agence Universitaire de la Francophonie (AUF).

Tandis que le bilinguisme recule au pays, selon les dernières données de Statistique Canada, l’Assemblée nationale française a voté le 23 mai dernier un projet de loi élargissant les exceptions à l’enseignement en français à l’université… ouvrant en réalité la voie à davantage de cours données en anglais.

Et pourtant, il n’y a jamais eu autant de francophones dans le monde : près de 220 millions actuellement, plaçant le français au 9e rang des langues les plus parlées. Un nombre qui pourrait tripler, voire quadrupler selon les estimations les plus optimistes, à condition notamment de promouvoir l’enseignement du et en français sur un continent africain en plein développement économique et social.

Produire du savoir en français et surtout le faire savoir est un enjeu majeur du XXIe siècle afin que la langue française demeure un véhicule de la diversité.

Previous Page  |